Accueil
Standards
Léonberg
Petites infos pratiques
Retrospective
01/01/2015
02/01/2015
Ayakou
05/01/2015
06/01/2015
Attentat
10/01/2015
12/01/2015
13/01/2015
14/01/2015
15/01/2015
17/01/2015
18/01/2015
19/01/2015
Douleur
22/01/2015
Alimentation
24/01/2015
Mythes
Constantes du chiot
27/01/2015
28/01/2015
coeur
30/01/2015
31/01/2015
01/02/2015
Dilatation/torsion
02/02/2015
03/02/2015
04/02/2015
06/02/2015
07/02/2015
08/02/2015
09/02/2015
10/02/2015
12/02/2015
13/02/2015
14/02/2015
16/02/2015
18/02/2015
19/02/2015
20/02/2015
Aarwack 10 ans
22/02/2015
24/02/2015
25/02/2015
Connaissances
28/02/2015
03/03/2015
04/03/2015
05/03/2015
07/03/2015
08/03/2015
09/03/2015
10/03/2015
12/03/2015
13/03/2015
15/03/2015
16/03/2015
16/03/2015-2
19/03/2015
22/03/2015
Haendel 3 ans
24/03/2015
Urgences
28/03/2015
30/03/2015
31/03/2015
01/04/2015
03/04/2015
05/04/2015
06/04/2015
08/04/2015
09/04/2015
11/04/2015
12/04/2015
14/04/2015
15/04/2015
16/04/2015
17/04/2015
18/04/2015
Muyres 1 an
20/04/2015
21/04/2015
22/04/2015
23/04/2015
Hirondelles
24/04/2015
25/04/2015
Frane
29/04/2015
01/05/2015
02/05/2015
03/05/2015
06/05/2015
07/05/2015
08/05/2015
10/05/2015
16/05/2015
17/05/2015
18/05/2015
19/05/2015
Les ergots
22/05/2015
23/05/2015
24/05/2015
25/05/2015
Frane et Aarwack
26/05/2015
27/05/2015
Hirondelles
28/05/2015
29/05/2015
Feedback et Europe
Feedback et Europe (2)
31/05/2015
02/06/2015
Léa China
04/06/2015
05/06/2015
05/06/2015-2
06/06/2015
07/06/2015
08/06/2015
09/06/2015
Tendresse
10/06/2015
11/06/2015
12/06/2015
13/06/2015
14/06/2015
16/06/2015
17/06/2015
19/06/2015
19/06/2015-2
20/06/2015
21/06/2015
23/06/2015
24/06/2015
25/06/2015
26/06/2015
27/06/2015
28/06/2015
05/07/2015
07/07/2015
09/07/2015
10/07/2015
11/07/2015
13/07/2015
14/07/2015
15/07/2015
17/07/2015
18/07/2015
21/07/2015
China-1
China-2
25/07/2015
26/07/2015
27/07/2015
28/07/2015
29/07/2015
30/07/2015
31/07/2015
02/08/2015
04/08/2015
Hirondelles
06/08/2015
07/08/2015
0808/2015
09/08/2015
Blue 9 ans
10/08/2015
11/08/2015
12/08/2015
13/08/2015
16/08/2015
17/08/2015
26/08/2015
27/08/2015
28/08/2015
29/08/2015
31/08/2015
02/09/2015
03/09/2015
Dans le champ
04/09/2015
06/09/2015
07/09/2015
Paravent
Apollinaire
10/09/2015
12/09/2015
13/09/2015
14/09/2015
18/09/2015
Gluck 4 ans
20/09/2015
21/09/2015
22/09/2015
24/09/2015
25/09/2015
26/09/2015
27/09/2015
29/09/2015
Léia/lila
02/10/2015
Communication
04/10/2015
06/10/2015
07/10/2015
08/10/2015
La vie des arbres
09/10/2015
11/10/2015
12/10/2015
13/10/2015
16/10/2015
17/10/2015
18/10/2015
Régions du chien
23/10/2015
24/10/2015
Lokie et Heaven
28/10/2015
Cavité nasale
30/10/2015
Génome
31/10/2015
Truffe et babines
01/11/2015
02/11/2015
L'automne
06/11/2015
07/11/2015
08/11/2015
09/11/2015
11/11/2015
Fente palatine
La lignée
13/11/2015
Attentats
15/11/2015
Automne
17/11/2015
18/11/2015
22/11/2015
24/11/2015
26/11/2015
Anniversaire
30/11/2015
02/12/2015
04/12/2015
07/12/2015
08/12/2015
09/12/2015
Velours 6 ans
11/12/2015
14/12/2015
17/12/2015
20/12/2015
24/12/2015
25/12/2015
26/12/2015
fin 2015

 

Journal du Pli du Soleil

 

Page précédente   Page suivante

 

Mercredi 21 janvier 2015

 

Reconnaissance de la douleur chez les animaux 

 

Chaque animal, comme chaque humain  exprime sa douleur, sa souffrance ou même son inconfort à sa façon.  Au niveau des personnes nous avons  beaucoup de moyens pour nous exprimer et signaler notre douleur. Pour les animaux, nous devons interpréter et ce n'est pas toujours simple ou facile.

J'ai 5 chats, ils sont rarement malades, ils ne sont pas vieux , Opaline, la plus âgée n'a que 10 ans , je comprends assez vite quand ils reviennent avec une blessure même s'ils sont très discrets pour exprimer leur douleur et cela est résolu par le vétérinaire.

Pour les léos, c'est différents, leur espérance de vie est divisée par deux par rapport à un chat. Ils vieillissent plus vite, sont moins souples, dépendent essentiellement de notre bonne volonté et s'exprime peu, comme les chats quand quelque chose ne va pas bien.

Actuellement, j'ai deux léos vieillissant(Blue et Don Gio),  un qui a eu une croissance difficile (Haendel)  et pour lequel il reste quelques séquelles, un autre qui fait passer en priorité son amour pour l'être humain  (Gluck) même quand il n'est pas en forme et deux petites pour lesquelles j'ai choisi une stérilisation présentant le moins de douleurs post opératoires au détriment de l'esthétique ( tonte massive). J'essaie d'être vigilante pour leur maintenir un bon confort de vie.

Par curiosité je me suis penchée sur l'évolution de la reconnaissance de la douleur chez les animaux et j'ai fait un petit article

 

Définition

 

La douleur n’a pas de définition précise unanimement reconnue.

Le dictionnaire médical de l'Académie de Médecine  fait une différence entre souffrance et douleur

  • Douleur : "Sensation pénible perçue par des récepteurs périphériques non spécifiques et transmise à la moelle par de petites fibres nerveuses avec ou sans myéline. La douleur est une sensation complexe qui comporte plusieurs composantes (sensorielle, nociceptive, affective, cognitive et comportementale) dont l’importance varie avec le type et la cause."

 

  • Souffrance : "Action de supporter péniblement. Il s’agit d’un malaise émotionnel, affectif et thymique, plus ou moins intense, personnel à chacun, qui se développe en face d’une douleur ressentie comme non tolérable avec laquelle il s’intrique généralement. Cela concerne une insuffisance organique qui peut entraîner des dommages plus ou moins graves et  peut produire de la douleur, celle-ci étant une réaction nerveuse plus ou moins perçue par la conscience. Il n’y a pas de douleur si l’organe ou l’être qui souffre n’a pas une structure nerveuse suffisamment développée: une plante peut souffrir mais on ne conçoit pas qu’elle puisse ressentir de la douleur comme un animal. L’anesthésie supprime seulement la douleur. Le traitement de la souffrance passe par des soins nutritionnels ou psychologiques. L’expression «douleur morale» est impropre: elle signifie plus exactement souffrance morale."

 

L’association internationale pour l’étude de la douleur (IASP), propose :  "la douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle ou décrite dans ces termes".

 

La souffrance chez les animaux

Une souffrance morale peut avoir une réelle incidence sur un état physique et dans la tradition populaire il y a beaucoup d'expressions qui en font état.

L’hypothalamus réagit à un choc, en déclenchant toute une série de réactions : accélération cardiaques, montée d’adrénaline, augmentation de la sécrétion de liquide gastrique. Chacun met en place une stratégie d’ajustement pour gérer son émotion. L’alerte passée, tout rentre dans l’ordre.

Quand un événement déborde notre capacité à faire face, le psychisme se fige. Le cerveau submergé d’émotions et de tensions, décharge alors son trop plein sur nos organes, les émotions imprègnent nos fibres. La conscience n’a pas d’autre alternative que d’inscrire la douleur dans le corps : c’est le principe du processus de somatisation. Mal au foie, à l’estomac, au ventre, migraine, vertiges, eczéma, vomissements ou nausées, avant un entretien capital ou après une contrariété ou un choc émotionnel, sont quelques uns des maux somatiques dont nous souffrons pour la plupart d’entre nous. " http://www.homeophyto.com/

 

 Si cela est valable pour nous, il en est de même pour nos animaux de compagnie qui subissent leur stress et le nôtre.

Quand j’entends les expressions « avoir le cœur gros », « en avoir gros sur le cœur », « avoir le cœur brisé » … je ne peux m’empêcher de penser à Blue, alors que si je pense à Vasthi, Gluck et Don Gio, les expressions « avoir un poids sur l'estomac », « avoir une boule dans l'estomac », « avoir l’estomac noué »…. conviennent parfaitement

 

La douleur chez les animaux

 

Les mentalités évoluent en ce qui concerne la nécessité d’une reconnaissance et d’une prise en charge de la douleur chez les animaux.

  • Ce n'est pas parce que la souffrance est souvent exprimée différemment, par rapport à nous, qu'elle n'existe pas. Les émotions, le langage, l'expression personnelle et le rapport à autrui sont des composants essentiels de la douleur mais certaines populations comme les nouveaux nés ou les animaux ont des difficultés ou des impossibilités pour exprimer  leur douleur de cette façon.

  • Ce n'est pas parce que le maitre ou le vétérinaire manque de critères objectifs pour évaluer cette douleur ou cette souffrance qu'il faut la nier.

  • Comme pour les humains, chaque animal a une réaction à la douleur qui lui est propre. Le fait qu'il ne manifeste pas des signes de douleur importants ne veut pas dire qu'il ne souffre pa

  •  La sensation douloureuse est un signal d'alarme  qui a pour but de protéger l'organisme : elle déclenche des réactions motrices et végétatives dont la finalité est d'écarter la cause de la douleur et d'en limiter les conséquences (nociception). . Elle décrit le cheminement de l’information douloureuse avant son intégration corticale ou limbique.

 

Il existe plusieurs types de douleurs

En fonction des connaissances de la douleur chez l'Homme et des connaissances spécifiques des manifestations douloureuses chez l'animal, on peut qualifier la douleur de différentes façons : continue, intermittente ou rémittente, intense, paroxystique, sourde ou modérée. Enfin, elle peut être caractérisée en fonction du siège présumé du processus  douloureux.

 

  • En fonction de sa durée :
    • douleur aiguë. Elle est limitée dans le temps. Par exemple, entorse, chirurgie, piqûre, traumatisme, otites, affections de l’œil (ulcère superficiel de la cornée, glaucome, uvéite),  affections dentaires... C’est un signal d’alarme dont la cause doit être recherchée. Elle peut être spontanée ou provoquée par certains soins, examens ou positions. Mal gérée, elle peut devenir chronique
    • douleur chronique.  Elle s’installe dans la durée ( plusieurs mois à plusieurs années, de façon continue ou intermittente). Par exemple, arthrose,  douleur cervicale, maladie discale, fistules,  dermatoses, troubles viscéraux ( prostate, inflammation du pancréas,  tumeurs abdominales).....
  • En fonction de son mécanisme :
    • douleur localisée (nociceptive) (suite à une blessure, une piqûre, etc.) : c’est la douleur la plus classique. Elle résulte de l’atteinte ou de l'agression des capteurs de la douleur (dits récepteurs nociceptifs). Ces récepteurs reconnaissent la douleur. La perception va ensuite cheminer le long du trajet nerveux dans la moelle épinière jusqu’à la zone du cerveau correspondant à la douleur. Un message est alors envoyé au cerveau pour l’alerter.
    • douleur diffuse  (douleur abdominale)
    • douleur neuropathique (liée à un zona, une sclérose en plaque, un diabète, une cicatrice cutanée, en post-chimiothérapie, etc.) : elle est consécutive à une lésion nerveuse récente ou ancienne. Les sensations liées à cette douleur sont particulières et associent des sensations de fourmillements, brûlures, picotements, etc.
    • douleur psychogène (suite à des troubles psycho-pathologiques : hypochondrie, dépression, etc.) : elle existe sans pour autant qu’une lésion soit présente.

     

Diagnostic

 

Chaque signe pris individuellement, n'est pas obligatoirement une indication d'un état douloureux,  c'est la synthèse d'un ensemble de signaux qui peut donner une indication d'un état douloureux. Synthèse que le  vétérinaire devrait être le plus apte à décrypter en tenant compte du comportement que le propriétaire à pu observer chez lui et en le comparant avec les signes cliniques qu'il observe lui même

  • Indicateurs possible de la douleur

    • le vétérinaire peut localiser la zone touchée ou la cause en faisant un examen clinique en palpant, en mobilisant, en vérifiant l'appareil cardiovasculaire, l'appareil respiratoire, en faisant des analyses .....

    • le vétérinaire peut utiliser une grille de douleur spécifique à une espèce et à un type de douleur. Par exemple, l'évaluation de la douleur en postopératoire peut se faire fait à l'aide de l'échelle composite de la douleur de Glasgow, de celle de l'université de Melbourne (pour le chien)  et/ou de la grille d'évaluation de la douleur 4AVET

 

Les manifestations comportementales sont des éléments importants à prendre en compte, chez le chien dans l’évaluation de la douleur

  • Comportement

    • Postures, activité ralentie ou exagérée. Pour une douleur ventrale, difficulté ou refus de se coucher, dos voussé, changement fréquents de position,

    • Dépression :  anxiété, tristesse,abattement,  apathie, mélancolie, refus de jeu, indifférence, absence de fête au maître .....

    • Agressivité : indocilité, agressivité spontanée ou provoquée, instabilité caractérielle.

    • insomnies

    • Retrait rapide ou réaction agressive lors de manipulation de la zone douloureuse, mordillement des mêmes zones

  • Locomotion

    • Boiterie pour soulager le membre douloureux, retrait rapide en cas de manipulation

  • Apparence

    • tête et oreilles basses, regard fixe, tempes creusées, fourrure terne....

  •  Vocalisations

    • Seulement si elles sont différentes du mode habituel du chien. Souvent le chien ne se plaint pas

  •  Alimentation

    • La douleur peut déclencher un appétit capricieux, voir une anorexie mais, là encore, un animal qui ne mange pas peut le faire pour de multiples raisons

  • Hygiène

    • L'animal peut devenir malpropre à cause de son incapacité à supporter la douleur lors de déplacements

 

Quelques liens

 

Un blog

https://cridupoulpe.wordpress.com/2014/11/29/les-poissons-souffrent-ils/

---

Etablissement et validation statistiques d'une échelle d'évaluation de la douleur postopératoire  chez le lapin. BENOIT Hélène,

http://www2.vetagro-sup.fr/bib/fondoc/th_sout/dl.php?file=2009lyon039.pdf.

---

INRA

Douleurs animales : les identifier, les comprendre, les limiter chez les animaux d’élevage :

---

Pour un propriétaire les grilles ne présentent pas d’intérêt pour le quotidien d'un chien mais elles peuvent l'aider à verbaliser les signes d'inconfort de l'animal lorsqu'il le présente au vétérinaire

Grille 4A-Vet d'évaluation clinique de la douleur chez le chien

 

 

Pour laisser un commentaire, vous avez une version blog

 

 

Page précédente    Page suivante